Rendre le secteur de l’hôtellerie plus attractif : Pour des Conditions de Travail Optimales

Publié le 14/05/2024

La pandémie de Covid-19 a profondément secoué l’industrie hôtelière, laissant derrière elle un secteur en quête de renouveau. Face à une pénurie de main-d’œuvre et à des défis de recrutement croissants, les acteurs de l’hôtellerie sont confrontés à la nécessité de repenser leurs pratiques pour rendre le secteur plus attractif. Dans cet effort de réinvention, la priorité est désormais donnée à l’amélioration des conditions de travail, un défi dans un domaine où les risques professionnels sont nombreux et diversifiés.

Réduire les troubles musculosquelettiques

Les métiers de l’hôtellerie, allant du nettoyage des chambres à la gestion des bagages, exposent les travailleur.euse.s à une variété de risques professionnels, parmi lesquels les troubles musculosquelettiques (TMS) occupent une place prépondérante. Ces TMS peuvent résulter de postures contraignantes et de mouvements répétitifs, amplifiés par l’utilisation d’équipements divers. Pour prévenir ces risques et garantir des conditions de travail optimales, une réflexion approfondie sur l’ergonomie des postes et l’adoption d’équipements ergonomiques sont essentielles.

Prévenir la désinsertion professionnelle

La crise sanitaire a exacerbé les difficultés rencontrées par de nombreux établissements hôteliers, conduisant parfois à une désinsertion professionnelle de leurs employé.e.s. Certains ont dû renoncer à des projets de modernisation ou de prévention des risques, faute de moyens financiers suffisants. Pourtant, investir dans la prévention des risques professionnels et l’amélioration des conditions de travail est un impératif pour assurer la pérennité du secteur et fidéliser les travailleur.euse.s. Cette démarche nécessite un engagement fort des dirigeant.e.s et une sensibilisation accrue à l’importance de la santé au travail au travers de la Qualité de Vie et Conditions de Travail (QVCT)

Repenser l’organisation et les aides techniques

La transition vers des conditions de travail optimales passe également par une amélioration de l’organisation du travail et l’adoption d’aides techniques encore plus appropriées. Toutefois, cette transformation ne peut se faire sans une certaine analyse des besoins spécifiques des établissement et une sélection des équipements. Il est essentiel d’impliquer l’ensemble des acteur.trice.s du secteur dans cette démarche de co-construction, en favorisant les échanges et les bonnes pratiques, afin de garantir une mise en œuvre efficace et pérenne des solutions envisagées.